[Critique] La 5ème vague

Les aliens en Amérique !

531725

evaluomatic_0,5

Quatre vagues d’attaques, chacune plus mortelle que la précédente, ont décimé la presque totalité de la Terre. Terrifiée, se méfiant de tout, Cassie est en fuite et tente désespérément de sauver son jeune frère. Alors qu’elle se prépare à affronter la cinquième vague, aussi inévitable que fatale, elle va faire équipe avec un jeune homme qui pourrait bien représenter son dernier espoir – si toutefois elle peut lui faire confiance… (Allociné)

Première semaine dans les salles de La 5ème vague, qui prétend s’inscrire dans la lignée d’Hunger Games, de Divergente et autres succès populaires. Hmmmm… Non.

Pour son deuxième long-métrage, J Blakeson adapte le roman de Rick Yancey, best-seller outre-atlantique. Je ne l’ai pas lu, mais j’ose espérer que l’adaptation est peu fidèle. Le scénario est confus et truffé d’incohérences. La vie de la jeune Cassie Sullivan (merveilleuse Chloe Grace Moretz), de ses compatriotes (et accessoirement du reste de l’humanité) bascule le jour où un immense vaisseau extra-terrestre se place en orbite autour de la Terre. Après une semaine d’attente (sans plus d’émotion ni d’action des autorités, passons), ces grands méchants aliens se décident à attaquer, en plusieurs vagues. Pour vous donner un aperçu : ils provoquent en premier lieu une « impulsion électromagnétique » qui détruit tous les circuits de la planète. Les téléphones s’éteignent, l’électricité et l’eau courante sont coupées, les voitures n’obéissent plus aux conducteurs (?) et les avions font des roulades dans les airs avant de s’écraser (?!!)…

la_5e_vague_3

Spoiler !

photo-la-5eme-vague-chloe-moretz-112015-004

Le scénario, déjà dénué de logique et d’intelligence, comporte plusieurs faits aggravants. D’abord, l’intrigue ne se concentre que sur les États-Unis ! Home of the brave, serais-tu la seule contrée digne d’intérêt ? (Indice: non) Le vaisseau de vilains mécréants a une fâcheuse tendance à survoler les USA, et particulièrement chaque endroit où se rend Cassie Sullivan ; la base militaire du fin fond de l’Ohio semble devenir le point de commandement de l’attaque extra-terrestre. Cela nous amène au point suivant, qui est un profond mépris pour le sens critique du spectateur. Ce film n’est, en définitive, qu’un vulgaire milk-shake de combines faciles : une dose d’action tous publics, une louche de bons sentiments, une livre de valeurs américaines de dévotion envers la famille, une tasse d’histoire d’amour aseptisée et prévisible (entre deux individus hétérosexuels, beaux et jeunes), un soupçon de suspense, une pincée de catastrophe, une multitude d’armes à feu utilisées sans discernement… Mélangez le tout et décorez d’un généreux happy end appelant une suite non moins médiocre.

Tous les indices sont clairs: nous sommes en présence d’un blockbuster stérile destiné à plaire au plus grand nombre ! Les pseudo-réflexions philosophiques et moralisatrices suggérées dans le dernier quart d’heure ne laissent pas dupe. Le son est quasi-inexistant, sans intérêt. L’image oscille entre le banal et le vomitif. Quelques plans se détachent : certains sont longs et flous, d’autres frénétiques ne laissent aucun repos à l’œil. Pas de salut sur le plan technique donc.

Allez, un point positif pour clore cette diatribe ! L’actrice Chloë Grace Moretz illumine ce terne film de sa chevelure blonde et de son si joli sourire. Espérons que La 5ème vague et sa probable suite lui serviront de tremplin vers des productions plus intéressantes et enrichissantes.

Visionné 2 797 fois
Alimar
Auteur : Alimar

Une petite taille compensée par un appétit monstre : gastronome en herbe et lectrice assidue ! Une préférence pour les manuels d’histoire poussiéreux toutefois. Ennemies mortelles : les fautes d’orthographe.