[Critique] Marc Antoine Mathieu, 5²+/-√9 ans d’âge

« Vers la logique du déraisonnable »

JCA
evaluomatic_5

Cet article s‘adresse à : ceux qui n’ont pas le vertige, ceux qui aiment rêver, ceux qui se posent des questions, ceux qui ont déjà eu l’idée de penser le contraire d’une idée, ceux qui savent lire ainsi qu’à tous ceux qui ne sont pas concernés par ces critères.

Il est question dans ce dossier de présenter un auteur qui fait référence dans le monde de la BD : Marc-Antoine Mathieu (MAM).

Quelques points biographiques brefs nous conduiront à mieux saisir son œuvre dans son ensemble.

sous-solsMAM, auteur dessinateur français de 55 ans publie depuis 1986 dans différentes revues. C’est en 1990 qu’il se fait remarquer avec le premier tome de sa série Julius Corentin Acquesfacques, prisonnier des rêves s’intitulant « L’origine » chez Delcourt. La critique remarque alors ses talents de dessinateurs et de scénariste hors pairs. L’album est élu meilleur premier album 1990 aux Salons d’Audincourt et de Mulhouse, est sélectionné dans les dix Indispensables 1990 et Alph-Art Coup de Cœur à Angoulême 1991, sélectionné pour le Prix Philip Morris à Genève. MAM se fait un nom et ses albums sont remarqués, encensés, y compris sur le plan international. L’auteur est prolifique, malgré une période de flottement entre 1995 et 2000. Son œuvre peut se distinguer entre sa série Julius Corentin puis des one shot. Parmi ses succès remarquables, mentionnons Dieu en personne, ayant remporté le grand prix de la Critique en 2010.

A priori, à la lecture de son œuvre, tout porte à croire que MAM a un bagage en philosophie ou en sciences de l’humour appliqué mais il n’en est rien. MAM étudie aux Beaux-Arts d’Angers avant de travailler dans une agence de graphistes-scénographes spécialisée dans la création d’expositions. On peut alors deviner tout au moins un intérêt personnel accru pour la philosophie, ainsi que la littérature et les sciences. Les thèmes privilégiés sont la liberté, la mort, la religion, la phénoménologie, l’astronomie, les mathématiques, l’art.

message12

Où réside donc l’originalité de MAM? Un peu partout pourrait-on dire. Dans la forme, dans le fond. Tout comme les frères Wachowski avaient amené une révolution avec leur trilogie Matrix, associant avec talent philosophie et action, MAM associe avec autant de tact philosophie et humour, le tout agrémenté d’une forme expérimentale.  Toutefois, il serait erroné de dire que MAM soit avant tout fameux pour ses œuvres philosophiques. Les lecteurs moins férus de cette science humaine trouveront également leur compte dans d’autres albums plus oniriques simplement. L’innovation, en revanche, le définit davantage dans son identité artistique. Très souvent lorsqu’on découvre un album de MAM, on se demande « Qu’a-t-il inventé cette fois, en quoi va-t-il nous surprendre? » Prenons l’exemple du quatrième tome de Julius Corentin (« Le début de la fin ») dans lequel arrivé au milieu de l’histoire, il s’agit de retourner l’album pour le poursuivre par l’autre bout, non simplement par fantaisie mais parce que cela se justifie dans le scénario. Ou bien encore l’album 3 », album muet dans lequel on suit pendant trois secondes le trajet de la lumière de réflection en réflexion… Libre alors au lecteur de contempler ou d’en dégager une histoire. Enfin dernier exemple, Dieu en personne, mentionné plus haut, qui surprend davantage par son fond que sa forme : Dieu revient sur Terre aujourd’hui : quelles sont les conséquences d’un point de vue sociétal, artistique, marketing, judiciaire etc. ?

Le_dessin_1MAM est un héritier spirituel de Franz Kafka. Ceux qui liront entre les lignes découvriront d’ailleurs plusieurs allusions à cet auteur. On retrouve l’influence de ce dernier dans cet esprit à la fois surréaliste (avec des velléités pour la mise en abime) mais surtout l’aspect démesuré du poids de l’autorité sur l’individu. Il est en effet souvent question d’une administration ou autre instance supérieure toute puissante et contre laquelle l’individu ne peut rien faire d’autre que la subir et même pire : l’accepter. La masse, cette somme d’individus devient un troupeau duquel le héros de l’histoire essaie selon les albums de s’extirper ou non.

L'ascension

Les plus grands aficionados seront ravis de découvrir L’ascension & autres récits rééditant les toutes premières publications de l’artiste alors parues dans un fanzine nancéen (Morsures) avant 1990. A la manière d’un préquel qu’on savoure après plusieurs opus d’une œuvre qu’on apprécie, on découvre comment MAM a cheminé artistiquement pour en arriver où il en est aujourd’hui. Il est étonnant de constater que très tôt, MAM dépeint des univers dans lesquels on se perd déjà, parce qu’ils sont trop vides ou parce qu’ils sont trop grands, parce qu’une vie entière est nécessaire pour en approcher les frontières. Non seulement l’espace mais la temporalité également déboussolent le lecteur. Les problématiques de la solitude et de la mort sont déjà très présentes avec un cheminement du personnage principal très allégorique. L’ascension & autres récits est une espèce de sac de graines contenant pléthore d’idées qui germeront plus tard dans des albums entiers. Ce recueil annonce déjà ainsi des œuvres telles que Les Sous-sols du Révolu, Le Dessin, Mémoire Morte et bien sûr Dieu en Personne. Côté style, force est de constater une maitrise du noir et blanc et de la lumière déjà accrue.

le-sens_marc-antoine-mathieu_couverturePour terminer sur son actu, en novembre dernier est sorti son dernier album qui n’a pas d’autre titre qu’une flèche noire sur fond blanc pointant vers la droite chez Delcourt. Pour des raisons pratiques, afin de parler de l’album, on le trouve à l’écrit sur la toile sous le nom de « sens ». Il s’agit d’un album quasi projectif, muet, relatant le parcours d’un homme dans une succession d’espaces plus ou moins vides. Des sources web parlent de « voyage initiatique » et de « récit quasiméditatif », oui, il y a de ça. Il y a aussi et surtout ce qu’on veut se raconter. Par cette simple flèche, MAM suggère plusieurs signifiés : sens (direction), sens (la quête), mouvement/dynamique.

A titre très personnel c’est un album que je trouve très bon et très onirique mais que je ne recommanderais pas à un néophyte pour une première lecture.

Quelque part dans cette page en zoomant sur une image, la vérité sur votre nature.

Sources utilisées et/ou conseillées pour aller plus loin :

http://www.babelio.com/auteur/Marc-Antoine-Mathieu/9411

http://cicla.pagesperso-orange.fr/div/marc-antoine_mathieu.html

http://www.editions-delcourt.fr/catalogue/auteurs/mathieu_marc_antoine

http://www.editions-delcourt.fr/catalogue/bd/le_sens

http://www.lucie-lom.fr/

Bibliothèque perso!

Visionné 6 168 fois
Hans Gnuj
Auteur : Hans Gnuj

(Ma première voiture c'était une Peugeot, et un jour mes cousins sont allés dormir chez ma grand-mère.) Normophobe refusant de se soigner. Addict aux concepts, à l’impermanence et au fromage. Fasciné par les canards et les cantatrices chauves.